jeudi 11 décembre 2014

[Voyage]: Tokyo, entre tradition et modernité


Après quelques jours de pause dans mon récit, il est temps pour moi de me replonger (non sans nostalgie) dans l'album photo de mes vacances nippones. Pour cette nouvelle journée, nous avions divisé notre planning en 3 sites/visites importantes : le Palais impérial, le quartier traditionnel d'Asakusa et la Tokyo Sky Tree. Passé le luxe des hôtels Disney MiraCosta et Park Hyatt, nous avions posé nos valises pour 2 nuits dans un Apa Hotel de Ginza, situé à environ une dizaine de minutes à pied de la gare centrale de Tokyo. Il s'agit d'une chaîne hôtelière japonaise proposant un bon rapport qualité/prix. Attention, les chambres sont très petites (mais fonctionnelles) !


Première visite de la journée donc : le Palais impérial. Qui nous a infligé une terrible déception. Il s'agit de la résidence de l'empereur du Japon. Comme beaucoup de monuments du pays, il a du être reconstruit à l'issue de la Seconde Guerre Mondiale. Achevé en 1968, il conserve néanmoins certains vestiges du château d'origine (qui date de l'Edo-jo). Si je vous ai parlé de déception précédemment, c'est que le palais est fermé au public et que de surcroît, la seule partie extérieure intéressante (située derrière le pont Niju-bashi -composé d'une série d'arches en pierre) était... en rénovation et intégralement bâchée le jour de notre venue. Seul le jardin oriental est en accès libre sans réservation. Pour les jardins impériaux, il faudra vous armer de patience et vous inscrire à l'avance sur le site de l'agence de la Maison impériale. Un incontournable selon les guides de voyage, dispensable si vous souhaitez mon avis et que le temps sur place vous est compté.


Bref, nous ne nous sommes pas attardés sur place et avons sauté dans un train, direction le quartier traditionnel d'Asakusa, qui abrite à la fois le site le plus ancien de Tokyo, le temple Senso-ji et le plus récent, la Tokyo Sky Tree, tour de 634m de hauteur qui se dresse sur l'autre rive de la Sumida (les descriptions des lieux sont la propriété de Lonely Planet). Un contraste tout à fait saisissant, entre tradition et modernité, qui nous observerons tout au long de notre séjour.


Une fois sorti de la ligne de métro, il est impossible de ne pas voir la Kaminarimon (porte de la Foudre), entrée de la célèbre rue commerçante Nakamise-dori, qui mène au Senso-ji. Prenez le temps d'admirer ou d'acheter les souvenirs et autres objets artisanaux qui composent les étalages ou encore de déguster une glace au matcha ou au sésame noir - un délice. Fort heureusement et du fait de la haute fréquentation touristique, de nombreuses choses sont traduites en anglais (ce qui n'est pas le cas partout). Pour la nourriture, fiez-vous aux fidèles représentations en plastique à l'entrée des restaurants.


Fondé plus de 1000 ans avant la naissance de Tokyo, le Senso-ji est le plus vieux temple de la capitale et la demeure spirituelle des ancêtres des Tokyoïtes. Selon la légende, en 628, deux frères pêcheurs auraient remonté de la Sumida une statue en or de Kannon (déesse bouddhiste de la Compassion). Ce temple fut alors érigé afin de la protéger.


A l'entrée du temple, vous pouvez déposer 100 ¥ pour obtenir un omikuji (prédiction). Secouez le tube argenté, sortez un bâton et notez son numéro (en kanjis). Trouvez le tiroir correspondant et prenez un papier (rédigé en anglais au dos). Si vous avez besoin d'aide à cette étape, les locaux se feront un plaisir de vous aider, croyez-en mon expérience ^^ Si votre prédiction est mauvaise, nouez ce papier sur la grille à côté, priez les dieux et retentez votre chance.

  
Après avoir flâné dans le quartier et trouvé de quoi nous sustenter, nous sommes partis de l'autre côté de la Sumida. Juste avant de traverser, nous avons pu admirer de loin la fameuse Tokyo Sky Tree et l'Asahi Flame (flamme d'or), célèbre panache doré désigné par Philippe Starck censé représenter la mousse de la chope de bière du bâtiment (Asahi super dry building). Les locaux, eux, l'ont surnommé poétiquement "la crotte d'or". Je vous laisse vous faire votre propre opinion à ce sujet ;)


Inaugurée en mai 2012 et culminant à 634m, la Tokyo Sky Tree est la plus haute tour de radiodiffusion autoportante du monde. Elle comporte deux observatoires, l'un à 350m, l'autre à 450m. Lorsque la visibilité est maximum, il est possible de voir jusqu'à 70km à la ronde. Nous nous y sommes rendus en fin d'après-midi, par temps couvert. Aussi, nous n'avons pu profiter pleinement de l'expérience - le mont Fuji par exemple est resté caché dans les nuages. Le panorama vaut le coup d'œil mais ayant déjà bénéficié d'une vue spectaculaire depuis le Park Hyatt, nous lui avons trouvé un intérêt limité. D'autres buildings à travers la ville vous offriront la même expérience pour moins cher, voire gratuitement (je pense notamment au Tokyo Metropolitan Government Office).

Coucou le senso-ji ^^

Petit aparté : Si comme moi vous rêvez toujours au voyage suivant, vous serez ravis d'apprendre que le site Easyvols, comparateur de vols en ligne, organise un jeu concours jusqu'au 12 décembre (vite, vite, vite !) avec à la clé un aller/retour pour New-York à gagner ! Pour participer, rien de plus simple, il vous suffit de créer votre wish list de Noël (pour se faire, cliquez ici) dans laquelle vous indiquerez vos 3 destinations préférées. Pour ma part, il s'agit de Londres, New-York et Miami, pour un noël au soleil ☼ Et pour doubler vos chances, vous pouvez inviter vos amis à en faire de même ;) Un grand tirage au sort désignera le ou la gagnante. Bonne chance !

Liens sponsorisés

jeudi 4 décembre 2014

[Littérature]: Insaisissable T1 - Ne me touche pas de Tahereh Mafi


Ce qu'en dit la quatrième de couverture :

Je suis maudite
J'ai un don
Je suis un monstre
Je suis plus forte qu'un homme
Mon toucher est mortel
Mon toucher est pouvoir
Je veux qu'il me touche
Il ne doit pas m'approcher
Je suis leur arme
Je me vengerai

Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une forteresse à cause d’un accident. Un crime. 264 jours sans parler, ni toucher personne. Jusqu’au moment où un gardien vient partager sa cellule. Derrière sa nouvelle apparence, elle le reconnaît : c’est Adam, celui qu’elle aime en secret depuis l’enfance. Pourquoi est-il enfermé avec elle ? Pourquoi lui pose-t-il tant de questions ? Et pourquoi semble-t-il ignorer qui elle est ?


A propos de l'auteur : Née dans le fin fond du Connecticut, Tahereh Mafi a étudié les sciences politiques et parcouru le monde, apprenant en chemin à parler huit langues ! Elle a ensuite décidé de s’installer en Californie, même si le beau temps la déprime, afin de se consacrer à sa passion : l’écriture. Sa première trilogie, Insaisissable, est déjà un phénomène d’édition.


Mon avis : Et une nouvelle dystopie de plus au compteur, une ! Ce titre s'était rajouté à ma PAL après avoir lu une critique élogieuse sur le blog de Nine Gorman et je remercie ma collègue et amie de me l'avoir offert à mon dernier anniversaire. J'attendais beaucoup de ce livre, qui m'a quelque peu déçu au final. Nous suivons donc les aventures de Juliette dans un monde que l'on pourrait qualifier de post-apocalyptique. La Terre s'est retournée contre l'homme : la nature se meurt, les animaux ont presque tous disparus, les oiseaux ne volent plus dans le ciel. Le climat s'est déréglé. Le pouvoir est tombé aux mains d'un organisme tout puissant (et totalitaire), le Rétablissement. Enfermée du haut de sa tour (cellule), Juliette observe ce monde et espère, malgré tout. Elle possède un don, une malédiction : celui de tuer une personne juste en la touchant, d'aspirer sa force vitale telle une plante carnivore. Ainsi mise à l'écart (forcé) du reste du monde, il ne reste qu'à Juliette un petit carnet où coucher ses pensées. Mais tout change du jour au lendemain, lorsqu'un garçon qu'elle semble (re)connaître est amené dans sa prison... Dès les premières lignes du roman, j'ai immédiatement accroché au style d'écriture de l'auteur, qui est réellement une force parmi l'océan de nouveaux titres dystopiques que l'on peut trouver. C'est un style très imagé, poétique, qui colle parfaitement au caractère de l'héroïne. Les premiers chapitres permettent mieux d'appréhender sa personnalité puisque l'on découvre ce qui se passe dans sa tête, sa manière de penser, sa "folie". Nul doute que je serais devenue folle moi aussi à ne voir, entendre, toucher personne en 264 jours ! Mais il y a clairement un creux de la vague au milieu du roman, au moment où la romance est au plus fort (et oui). L'intrigue est ralentie et j'avoue avoir posé le livre sur ma table de chevet quelque temps avant de le rouvrir. Car je n'aime pas laisser une histoire en plan, même si elle me semble moins intéressante. Et j'ai bien fait de m'y accrocher puisque tout s'accélère dans les dernières pages, jusqu'à la fin et son dénouement, inattendu. Mais pas original, malheureusement. Sans vous spoiler, impossible pour moi de ne pas faire le rapprochement avec une autre histoire déjà bien connue du grand public. J'ai tout de même envie de lire la suite, pour voir comment tout cela sera traité et l'évolution de certains personnages. Là aussi, une adaptation cinématographique serait dans les cartons ! Et dans le rôle titre, je verrais bien Nina Dobrev (The Vampire Diaries), déjà habituée à jouer des personnages mi-ange, mi-démon.


dimanche 30 novembre 2014

[Lifestyle]: Les jolies choses de Noël


Doucement, la nuit et sans faire de bruit, les villes commencent à revêtir leurs habits de lumière. Demain, nous ouvrirons la première case du Calendrier de l'Avent (d'ailleurs, qu'avez-vous choisi cette année ? Produits de beauté, thés, bougies ou traditionnels chocolats ?). En attendant, je prépare moi aussi mes décorations à la maison et vous propose de patienter jusqu'au jour J (ou N, devrais-je dire ^^) avec ma nouvelle liste de jolies choses.


♥ Un nouvel iPhone (6 - gris sidéral - 64Go) pour remplacer mon 5 à la capacité de stockage devenue trop limitée.


♥ Parce qu'il est bon de rêver d'une nouvelle paire de chaussures de luxe : Les Bobby d'Isabel Marant vs les Susanna de Chloé ? (on n'hésite pas à regarder les bonnes occasions sur le site Vestiaire Collective ;)


♥ Un bon d'achat sur le site Monshowroom pour commander d'aussi jolis pulls que ceux vus chez Mango & Salt.


♥ Ce manteau Boohoo en fausse fourrure très "Sully" de Monstres & cie vu sur le blog de Lazy Kat.


♥ Le livre How to Be Parisian wherever you are de (entre autres) Caroline de Maigret. J'ai adoré sa vidéo pour le magazine I-D dans laquelle elle livre ses 10 leçons (non sans humour) pour être la parfaite Parisienne. Ce livre devrait en être le parfait prolongement ! (je suis ravie également de retrouver en tant que co-auteure Audrey Diwan, qui officiait au magazine Glamour avec sa rubrique "liste" en dernière page.)


♥ Une boite de thé Hokusai, une création exclusive Palais des thés, conçue en édition limitée à l'occasion de l'exposition  "HOKUSAI" au Grand Palais. Inspirée par l’œuvre de l’artiste japonais Hokusai, cette délicieuse création parfumée associe avec élégance un thé vert sencha frais et délicat avec des fleurs, des agrumes et une pointe de gingembre. Exprimant la force et le raffinement, il est proposé dans une boîte qui contient 100g de thé, protégée par un bel étui, le tout orné du célèbre motif de la vague.


♥ Une bougie Durance de la collection automne/hiver 2014, dont le thème est cette année "La Nuit Étoilée de Noël en Provence". Une nuit plein d’émerveillement. Un moment de partage qui réunit tout le monde autour d’une table gourmande et chaleureuse. Des contes magiques et féeriques sont racontés aux enfants avant les 12 coups de minuit…. Pendant cette longue attente, on peut observer par la fenêtre la nature enneigée provençale, qui accueille sur son sol poudré des flocons délicats ! J'aime tout particulièrement les bougies mèches bois qui, une fois allumées, crépitent comme un feu de cheminée.
♥ Des cours de guitare pour que mon bel instrument cesse de prendre la poussière dans un coin.



♥ Une figurine Funko POP ! Dancing Groot des Gardiens de la Galaxie. (Ou Sven de La Reine des Neiges. Ou Daryl de The Walking Dead.) Rien d'autre à ajouter :D

Et vous, quelles jolies choses ornent votre liste cette année ?

mercredi 26 novembre 2014

[Sortir]: French Burgers à Bordeaux

 
2 jours avant l'ouverture officielle (aujourd'hui !) de la nouvelle adresse French Burgers à Bordeaux, j'ai eu le plaisir en compagnie d'autres blogueurs de découvrir ce concept made in Aquitaine. Une invitation qui tenait plus de la session dégustation, pour le plus grand bonheur de mes papilles. French Burgers, je connaissais de nom lorsque l'enseigne était encore implantée quai des marques, en bord de Garonne. J'avais eu l'occasion de m'y rendre pour un repas d'équipe mais déception : c'est un autre restaurant, La Belle Excuse, qui se tenait en lieu et place de la maison du hamburger tant attendue. Cette soirée arrivait donc à pic pour me faire enfin une idée de ces French Burger, préparés avec des produits frais, gourmands et gourmets.


Un mot sur le lieu tout d'abord : quoi de mieux que la très chic Allée de Tourny pour ouvrir un restaurant ? L'emplacement est idéal, en plein cœur du triangle d'or à Bordeaux. Il ne fait aucun doute que cette brasserie contemporaine saura trouver son public, pour un déjeuner sur le pouce ou un afterwork plus tardif. La déco, dans un esprit cosy, nous fait sentir immédiatement comme chez soi : banquettes moelleuses gris chiné, murs noir mat, élégant panneaux de chêne, etc. French Burgers, c’est avant tout l’alliance de bons produits du terroir made in France, des recettes imaginées par des chefs étoilés et des Burgers gourmets. Renouvelée plusieurs fois par an, la carte met en avant saisons et tendances culinaires du moment pour répondre aux attentes gustatives des clients. Parmi les burgers mis à la disposition de nos palais ce soir-la, j'ai eu deux coups de ♥ : le premier pour le Parisien et son jambon braisé, le second pour le Basque et sa sauce délicieusement relevée. Je vous laisse découvrir la carte ci-après :

La carte des Burgers 
L’Auvergnat
Steak de bœuf de 150g, bleu, magret séché, salade, oignons caramélisés

Le Savoyard
Steak de bœuf de 150g, tome de vache, salade, poitrine de porc, confiture d’oignons

Le Parisien
Jambon braisé, œuf, brebis, roquette, compotée de poivrons

L’Alsacien
Steak de bœuf de 150g, tome de vache, salade, tomates, magret séché

Le Normand
Poulet, camembert, salade, tomates, poitrine de porc

Le Basque
Steak de bœuf de 150g, brebis, salade, tomates, piquillos, chorizo

Le Tropézien
Cabillaud 120g, bleu, roquette, chorizo, oignons

Le Gascon
Canard, tome de vache, salade, roquette, compotée de poivrons

Comptez 10€ le burger, 13 si accompagné de frites maison + sauce.
Formule à 15€ comprenant burger + frites + dessert ou boisson + café.
Mais aussi : salades inventives, desserts gourmandises, petits encas, softs, vin ou bière à la pression.
Pour les plus matinaux, un petit déjeuner French Burgers est également servi :)
 
• French Burgers, c’est l’avènement d’un concept inédit dans le secteur du burger : un seul modèle alimentaire, une architecture et un positionnement qui empruntent les codes du luxe sans oublier des personnalités associées aux produits. La marque a pour vocation de se déployer dans un 1er temps en France. Elle travaille déjà sur une seconde implantation début 2015 à Toulouse place Wilson. Suivra rapidement Paris, Lyon, Lille avec une cadence d’ouverture tous les 6 à 8 mois.

 
French Burgers
34, Allée de Tourny
33 000 BORDEAUX
Tél : ‪06 80 23 85 57‬